Billet du dimanche 2

Dimanche 8 avril : Dimanche de la Miséricorde

  En route dans la lumière du Ressuscité      
Dans une salle bien fermée, Jésus apparaît aux dix, il leur donne la Paix ! Il se fait reconnaître.  Nous imaginons la stupéfaction mais encore la joie des disciples. Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Il nous fait vivre la victoire de sa mort sur la mort.  Thomas, le onzième disciple, était absent à la première rencontre, il n’a pas voulu croire ce  que lui ont annoncé ses confrères.
Jésus vient à lui et lui donne la preuve que c’est bien lui. Thomas croit et s’exclame : « Mon Seigneur et mon Dieu » Jésus ne lui fait aucun reproche, mais  interpelle notre foi « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » En soufflant sur les disciples, il les remplit de l’Esprit Saint.

L’Esprit du Christ ressuscité est une force de joie qui affermit la foi.  Le Christ nous demande de croire à sa parole mais encore de la proclamer. Il donne pouvoir aux disciples de remettre les péchés. Voilà qui nous donne à réfléchir sur le sens du pardon.  La paix dont Jésus nous a enveloppés, nous lave de toute hypocrisie, de toute haine, de toute médisance envers autrui. La paix de Jésus nous embrase de l’Amour du Père qui transforme notre « cœur de pierre en cœur de chair »

Le Christ s’est relevé du tombeau, il est bien vivant. Nous aussi son peuple, il nous relève. Nous le proclamons en professant notre foi, notamment  quand nous disons le Magnificat : «  Il relève Israël son serviteur » Mon curé qui est  originaire d’Haïti, avec une énergie spirituelle forte a proclamé cette vérité qui renforce la méditation évangélique : « Jézikri  lévé byen vivan ». Nous pouvons dire avec foi : « Alléluia ». Oui ? Jésus est présent parmi-nous, il nous envoie chaque jour en mission. Sommes-nous toujours en état d’entendre sa voix ?

Jésus nous donne à vivre sa joie. Comme cet ado qui en cette veillée pascale a reçu pour 1ère fois le corps et le sang du Christ. Il a vibré, l’annonce de la vérité a changé sa vie, sa joie est grande. Il est témoin de cette joie spirituelle vécue de la Résurrection du Christ. Voir Jésus ! Souvent nos souffrances, nos pleurs, nous mettent en condition de le voir. Sa résurrection  est lumière de nos pas. Soyons disposés à nous en laisser éclairer.
Diacre Georges BERVIN


Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...