Billet du dimanche 1

Dimanche 5 février : 5e dimanche ordinaire

Mt 5, 13-16
Suite à l’enseignement sur les béatitudes, Matthieu continue sa catéchèse avec une structure de parallélisme sur deux éléments important dans la vie du disciple : le sel et la lumière. La parabole devient un avertissement aux disciples du Christ.
 D’une grande richesse, le sel est indispensable à la cuisine, à moins d’être malade. Un aliment sans sel est insipide, fade.
En Egypte le sel était considéré comme engrais chez les anciens. Le sel permet donc de porter des fruits.
La nature du sel est de conserver,  durer et  purifier. Quand les Israélites font une offrande à Dieu, ils la saleront avec le sel, c’est là « une alliance de sel ». Le sel, qui donne saveur et préserve de la corruption, entre dans les offrandes végétales comme condiment indispensable du repas, et le repas conclut l’amitié « l’alliance » ; d’où le sel de l’alliance ou « l’alliance de sel ». Avant l’arrivée des congélateurs, nos parents salaient les aliments pour les conserver et éviter la corruption ( Cf. Nb 18, 19). 
Alliance, mais aussi sagesse. Paul demande aux chrétiens de Colosse de parler avec à-propos, avec sagesse. Il doit savoir s’adapter, avec l’art de répondre à chacun comme il faut. Tous les propos qu’on peut tenir sont fades, insipides. (Col 4, 6)
«Le Seigneur appelle les apôtres ceux qui nous enseignent la sagesse de Dieu. C’est pourquoi, mes bien-aimés, si renonçant aux vanités du monde, nous avons à cœur de rechercher la saveur de la sagesse divine, goûtons au «  sel apostolique ». Maxime de Jérusalem
Il en est de même de la métaphore de la lumière.  Reçue lors du baptême, le disciple est appelé à développer la grâce reçue au baptême. Il doit refléter la lumière qui luit au fond de son cœur.  C’est en cela qu’il manifestera la grandeur de Dieu et que Dieu sera glorifié en lui.
Saint Jean Chrysostome disait : « Prends soin de conserver toujours en ce même état la beauté de ce vêtement. Car aussi longtemps que le démon pervers, ennemi de notre salut, voit étinceler notre vêtement spirituel, il n’ose même pas s’approcher, tant il redoute son éclat : l’éclair qui en jaillit aveugle son regard ».
Sel, lumière, beau programme pour le disciple du Jésus. Il est appelé à se configurer à son maître pour lui ressembler.
Sur les disciples pèsent la responsabilité d’exercer une influence purifiante et préservatrice dans le monde au sens large : s’ils échouent, ils ont manqué le but de leur mission.
(sr Jeanne)


Questions liturgiques