Actualités - Dans le diocèse

Séminaristes en formation à l’évêché


 

Le diocèse de Basse-Terre compte  six séminaristes dont cinq en formation au Séminaire Saint-Cyprien de Toulouse : Rémy, Cédric, Gino, Christopher et Johan, tous originaires de Guadeloupe. Elius, haitien,  est dans le diocèse depuis deux ans, en stage actuellement  à la paroisse de Prise d’Eau. En raison de la fermeture du séminaire en mars, ils sont revenus d’abord dans leur famille, puis maintenant à Basse-Terre.

Depuis lundi 20 Avril, nos séminaristes poursuivent leur formation d’une manière particulière à l’évêché. En lien avec le supérieur du séminaire Saint Cyprien, Père Stéphane Ayouaz, nous avons pris cette décision de leur formation en mode confinement. La prise en charge de la liturgie (laudes, Messe et vêpres dans la chapelle) et  des différents services (repas, nettoyage…) est magnifiquement préparée et assurée par eux. Ils suivent leur cours par visio-conférence ou en les visionnant après.  

Certains jeunes en lien avec le Service Diocésain des Vocations réfléchissent à l’appel particulier que le Seigneur semble le faire.  Quelle grâce et quelle espérance pour notre diocèse !  Nous prions pour eux.
Des perspectives réjouissantes s’annoncent : ordination diaconale prochaine de Rémy,  étapes du lectorat et acolytat pour d’autres. Nous vous préciserons les dates de ces différents évènements qui se dérouleront probablement au sein du diocèse de Guadeloupe durant les grandes vacances.

 En 2011, le Pape Benoît XVI a demandé « que les familles soient animées par un esprit de foi, de charté et de piété, pour aider leurs fils et leurs filles à accueillir avec générosité l’appel au sacerdoce et à la vie consacrée, « que les catéchistes et animateurs des associations catholiques et des mouvements ecclésiaux, convaincus de leur mission éducative aient le souci d’éduquer les adolescents qui leur sont confiés, de manière qu’ils puissent percevoir la vocation divine et y répondre de grand cœur ».

 Etre prêtre, religieux/religieuse, se marier fait peur. Aussi, dans son message pour cette journée mondiale des Vocations 2020, le pape François dit : «  Ce qui souvent nous empêche de marcher, de grandir, de choisir la voie que le Seigneur trace pour nous, ce sont les fantômes qui s’agitent dans notre coeur. Quand nous sommes appelés à laisser notre rivage de sûreté et à embrasser un état de vie – comme le mariage, le sacerdoce ordonné, la vie consacrée –, la première réaction est souvent représentée par le "fantôme de l’incrédulité" : ce n’est pas possible que cette vocation soit pour moi ; s’agit-il vraiment du juste chemin ? le Seigneur me demande-t-il vraiment cela ?
Le Seigneur sait qu’un choix fondamental de vie – comme celui de se marier ou de se consacrer de façon spéciale à son service – nécessite du courage. Il connaît les interrogations, les doutes et les difficultés qui agitent la barque de notre coeur, et c’est pourquoi il nous rassure : "N’aie pas peur, je suis avec toi !".

 
 Oui, prions et agissons pour qu’il y ait des vocations diverses et variées en Guadeloupe, au sein de notre province Antilles-Guyane et dans le monde. Prions pour les vocations, incitons nos jeunes à s'engager, disons-leur notre confiance. En ces temps difficiles, notre temps a besoin de bons pasteurs qui rassemblent, accompagnent et  nourrissent  le troupeau
 

Père Gérard FOUCAN
                           (Délégué épiscopal pour les Vocations et les Séminaristes)

Questions liturgiques