Billet du dimanche 5

Dimanche 30 juillet 17 : 17è dimanche ordinaire

Bien-aimés sœurs et frères en Jésus-Christ Ressuscité !
 
Le mois de Juillet s’achève. Déjà. Comment l’avons-nous occupé ? Quelle place avons-nous donné à la Parole entendue chaque dimanche ? Comment cette Parole nous a-t-elle aidés à vivre nos différentes rencontres avec nos familles, particulièrement celles de passage, avec nos amis, avec les personnes connues ou inconnues ?
Aujourd’hui, de nouveau, Jésus nous propose de réfléchir à partir de paraboles. En trois dimanches ce ne sont pas moins de 7 paraboles présentées pour nous inviter à accueillir la Parole, et à nous ouvrir à la réalité du Royaume des cieux.

Quand Jésus parle de trésor caché, de perles fines ou du filet ramenant « toutes sortes de poissons », il met chacun en face de ses responsabilités quant à son désir de participer à la vie avec Dieu. Dans la patience, dans le dur combat de la vie, dans la recherche inlassable de ce qui est bon, nous répondons à une vocation : celle de vivre chaque jour dans l’espérance active d’un monde meilleur, nommé le Royaume des cieux.
L’apôtre Paul, ayant fait l’expérience de cette recherche active, dans son combat quotidien pour accomplir la volonté de Dieu, nous déclare : « quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon son dessein d’amour ». C’est clair et net : Dieu nous habille tous de son amour. Rechercher cet amour, c’est travailler à accomplir des œuvres grandes et belles, de façon à entrer dans le monde des justes, le monde de ceux qui reçoivent en héritage la gloire de Dieu. Là encore nous recevons la suite du message de Paul : « Ceux qu’il avait destinés d’avance, il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu’il a rendus justes, il leur a donné sa gloire ». Ces propos, en regardant de près, sont une vive incitation à entrer dans une dynamique de reconstruction de notre être tout entier, trop souvent détérioré par le péché. En répondant à l’appel du Seigneur, nous sortons du tunnel des ténèbres pour déboucher dans la pleine lumière.

Ainsi donc, en nous rappelant les 4 autres paraboles entendues les deux dimanches précédents : celle du semeur, puis celle du grain et de l’ivraie, de la graine de moutarde, du levain dans la farine, nous ajoutons celles du trésor, de la perle rare et du filet , afin de nous laisser habiter par l’esprit d’amour de Dieu, qui, de notre petitesse humaine, nous conduit à la grandeur de la vie auprès de lui dans le Royaume que nous construisons, jour après jour, par la générosité de notre réponse : puisque je suis aimé, moi aussi je deviens amour pour mon prochain  et ainsi je peux goûter à la gloire sans fin.
P. Serge CYRILLE


Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...